Catégorie Accompagnement porteurs de projet

Avant de se lancer dans la création d’entreprise, beaucoup ont un préjugé (naturel) sur l’entrepreneuriat : il faut avoir l’Idée, cette idée unique, originale et inédite qu’il faut réussir à exploiter sans se la faire voler.

La première conséquence est que certaines personnes, ne se lancent pas sous le prétexte suivant : « je compte créer mon entreprise, mais pas tout de suite, je n’ai pas encore trouvé d’idée. »

Cet état d’esprit peut se comprendre : qui n’a pas envie de devenir le prochain Apple ou Amazon ?

Toutefois, partir du principe qu’une idée doit être révolutionnaire pour qu’une entreprise fonctionne nous fait faire fausse route.

Qu'est-ce qu'une idée ?

Qu’est ce qu’une idée ? Selon la définition de Gautier Girard (auteur spécialiste de l’entrepreneuriat) c’est « Avoir une idée d’entreprise, c’est savoir apporter quelque chose aux autres tout en se rémunérant via une activité commerciale. »

Il n’y a donc pas besoin que le concept soit innovant, simplement que celui-ci permette à l’entrepreneur de vivre et de répondre à un besoin.

Le bénéficiaire que vous accompagnez doit donc comprendre une chose essentielle : il n’a pas nécessairement besoin de créer un concept, il peut simplement ouvrir un commerce « basique » (une boulangerie par exemple), ou encore importer un concept qui fonctionne à l’étranger et l’importer en France.

Exemples :

  • Transcovo a importé le concept de la voiture de tourisme avec chauffeur privé. Les dirigeants de Transcovo ont eu l’idée d’importer le concept des VTC (voitures de tourisme avec chauffeur), découvert à New York, Montréal et à Londres. C’est ainsi que Chauffeur Privé est donc arrivé en France. 
  • Birchbox créée en France en 2011, sous le nom initial de Joliebox. Le concept a tellement bien fonctionné que Joliebox a été racheté par Birchbox en 2013.

Voici donc deux concepts importés qui ont très bien fonctionné en France, sans pour autant que l’entrepreneur ait eu besoin d’une idée inédite.

L'exécution au coeur de la réussite de l'entreprise

D’autre part, il faut faire prendre en compte à votre bénéficiaire un point beaucoup plus important que l’idée : l’exécution, et cela pour deux raisons :

  • La première est que si on part du principe que la réussite d’une entreprise réside dans l’idée, cela implique de gros soucis lorsque d’autres auront la même, ce qui est presque inévitable.
  • La seconde est que peu importe le génie et l’originalité de votre idée, si l’exécution n’est pas efficace, l’entreprise ne sera tout simplement pas viable.

Le fondateur de Hootsuite Ryan Holmes va même jusqu’à dire que quiconque croit que son idée est unique est un idiot qui ne comprend pas la logique entrepreneuriale.

L’exemple le plus parlant est sans doute celui de Google, arrivé sur le marché alors que Yahoo et Altavista y étaient déjà présents. C’est bien l’exécution qui a permis à Google de se hisser en première place.

Sivers illustre ce principe par le tableau suivant :

Quelques pistes à donner aux créateurs que vous accompagnez pour trouver une idée

Avant de choisir son idée, le futur entrepreneur doit également réfléchir à l’idée qui LUI est adapté. Il vaut donc mieux qu’il essaye de se concentrer sur ses atouts (compétences, secteur maîtrisé…) et surtout sur ses goûts et motivations.
En effet, un entrepreneur va passer beaucoup d’heures sur son projet. Il vaut donc mieux que ses compétences lui facilitent la tâche et surtout qu’il soit passionné par le sujet.

Il ne faut pas oublier que la réussite de son projet dépend aussi de sa motivation. Par ailleurs il ne faut pas le laisser oublier ses contraintes personnelles (familiales, financières, ou simplement d’emploi du temps). Par exemple, il est compliqué d’ouvrir une chambre d’hôtes sans avoir fini de payer sa maison : il est compliqué de rembourser un crédit tout en se dégageant la marge nécessaire pour vivre.

Voici un principe de base  à inculquer à tout entrepreneur en devenir : « Partez de ce que veut le client, puis réfléchissez à comment le leur apporter » (Start with what the customer wants, then work backward ). La réflexion doit donc partir de ces deux  questions.

Enfin, il existe des secteurs porteurs de la création d’entreprise. De nombreux rapports font état des marchés d’avenir. N’hésitez pas à inciter vos bénéficiaires à se renseigner.

Commentaires