Mon Espace Formation
01 48 74 63 90
New

Nouveau

Découvrez #OsezEntreprendre, la formation en ligne, 100% gratuite pour découvrir la création d’entreprise 💡

Une formation créée par des entrepreneurs pour des entrepreneurs !

Voir le programme.

Ma sélection

Entreprendre seul ou avec un associé ?

Juridique
06/12/2021 • Temps lecture : 8 mn • rédaction par Marine de CréActifs
Partager l'article
Sommaire de l'article
    Associés
    VOUS ALLEZ APPRENDRE
    • Identifier les avantages et inconvénients à s’associer
    • Définir les objectifs d’une création d’entreprise à plusieurs
    • Repérer les « bons associés » dans votre entourage et ceux à éviter
    • Règles idéales de répartition du capital social en fonction du nombre d’associés

    Vous avez envie d’aller vite ou de voir plus grand ? Vous souhaitez rester libre ou acceptez de limiter votre pouvoir de décision pour bénéficier de l’aide des autres ? Vous souhaitez renforcer votre assise financière ? Vous avez besoin d’une compétence technique rare, qui vous permettra de différencier votre offre ?
    Les objectifs et les formes d’associations varient d’une situation à une autre.
    Si la motivation de votre choix vous appartient, nous vous aidons à comprendre les implications des différentes options qui s’offrent à vous, car un Créateur d’entreprise avertit en vaut deux !

    Monter sa boîte est simple ! Mais faire du chiffre d’affaires et devenir rentable dépend essentiellement de son ou ses fondateurs ! La question d’entreprendre seul ou à plusieurs va très vite se poser à vous. Votre idée est géniale, innovante ou non, et vous savez qu’elle répond à un besoin. Alors lancez-vous, entourez-vous des bons associés et si besoin formez-vous.

    En effet, que vous choisissiez d’entreprendre seul ou avec un voire plusieurs associé(s), chacune de ces possibilités présentent des avantages certains comme ce qui peut être considéré des inconvénients. Quand l’une garantit la liberté et l’indépendance de l’entrepreneur, l’autre peut assurer une sécurité financière, un élargissement du réseau, un apport de connaissances techniques qu’il ne faut pas négliger.

    Pour vous aider à prendre la bonne décision, CréActifs décrypte les avantages et les inconvénients des différentes solutions et fait le point sur la question.

    Seul ou s’associer : pour quels objectifs ?

    Etre autonome

    Avant toute chose, il est nécessaire de définir le rôle de l’associé (ou des associés) dans votre société. Pour rappel, toute personne physique ou morale détenant des parts du capital dans une société se voit attribuer la qualité d’associé (pour une SARL) ou d’actionnaire (pour une SA ou une SAS). Cela implique que l’associé :

    • Participe à la vie de l’entreprise en étant présent aux assemblées générales (AG) de l’entreprise. Il donnera son avis et détient un droit de vote pour les prises de décision. En cas d’absence, il peut être représenté par l’un des autres associés ou par un tiers (mais ce uniquement si les statuts juridiques de l’entreprise l’autorisent). Vous n’êtes donc pas maître de toutes vos décisions ;
    • Peut s’intéresser plus largement au fonctionnement de l’entreprise et exercer, par conséquent, un rôle opérationnel, technique ou commercial, au sein de votre société. Il détient alors dans ce cas un pouvoir exécutif.

    Donc si vous voulez être autonome dans votre emploi du temps, vos RDV et décisions, votre approche business … – telle une maman entrepreneur – prendre un associé n’est pas recommandé.

    Satisfaire à des besoins

    Si vous vous demandez encore s’il vaut mieux entreprendre seul ou porter ce projet avec un associé, la première question à se poser est :

    Dans quel but entreprendre à plusieurs, plutôt que seul ? 

    C’est la question essentielle à se poser !

    En tant que chef d’entreprise à la recherche d’un associé, votre rôle est de définir les contours que devra prendre cette association. Ceux-ci peuvent être multiples et revêtir différentes formes, mais la fonction première de l’association est de répondre avant tout à des besoins réels de l’entrepreneur, comme par exemple, LE BESOIN :

    • D’accélérer la création de votre entreprise. Votre futur associé peut effectivement vous aider en vous donnant accès à son propre réseau de partenaires, de clients ou de fournisseurs ;
    • Mettre en place un nouveau savoir-faire au sein de la société. Par exemple, dans le cas d’une création d’un restaurant, vous pouvez être amené à choisir de vous associer à un chef cuisinier de talent ;
    • Consolider financièrement votre projet. L’investisseur apportera le financement nécessaire au fonctionnement de votre affaire ;
    • etc.

    N’oubliez pas qu’il vous est aussi possible d’acquérir les connaissances qui vous manquent. CréActifs propose tout un panel de formations spécialement adaptées à vos besoins, que vous pouvez faire financer par votre CPF, par exemple.

    FORMATION : DEFINIR SA STRATEGIE DE COMMUNICATION CLIENT

    Cette formation a pour objectifs de vous permettre de déterminer votre stratégie de communication, d’identifier les outils adaptés à votre projet (print, emailing, réseaux sociaux et relations presse, argumentaire marketing et vente …) et s’initier aux réseaux sociaux (aujourd’hui un levier incontournable pour votre business).

    Entreprendre à plusieurs : comment trouver de bons associés ?

    Dans la sagesse entrepreneuriale, il est courant d’affirmer qu’une des manières les plus faciles de se disputer avec sa famille ou avec ses amis, serait de s’associer dans l’aventure d’une création d’entreprise… Vous voilà prévenu !

    Assurez-vous d’avoir avec votre associé une confiance réciproque et une vision du projet identique. Votre partenaire doit, en outre, répondre aux objectifs que vous vous êtes fixés (réseau, finances, savoir-faire).

    Très souvent, les associés font déjà partie du réseau professionnel que l’entrepreneur s’est constitué au fil du temps, et ce bien avant sa démarche entrepreneuriale. Ainsi, la méthode la plus efficace pour trouver un « associé de qualité » est d’éplucher votre carnet d’adresses et votre réseau LinkedIn, afin de repérer la ou les personnes qui correspondent avec le profil recherché.

    Penser au pacte d’associé

    Attention : quel que soit votre choix et quelle que soit la confiance accordée à votre associé, il est nécessaire de convenir d’un pacte d’associés (un avocat ou votre expert-comptable vous aidera à le rédiger) qui fixe les règles du jeu de l’association et qui répond aux questions essentielles, telles que :

    • Quel est le rôle précis de chacun ? 
    • Que se passe-t-il, si l’un d’entre vous souhaite quitter l’aventure ? 
    • Anticipez le cas où l’un d’entre vous n’aurait plus la capacité de tenir son rôle. 
    • Sur quelles bases sont évaluées vos parts respectives ? 
    • Pouvez-vous envisager l’arrivée d’un nouvel associé ?

    Les 5 piliers d’une bonne collaboration

    De telles questions impliquent une discussion approfondie, qui doit avoir lieu avant la concrétisation de la création d’entreprise. Pour faciliter votre choix d’associé, n’hésitez pas à vous appuyer sur ces 5 piliers qui vous permettront de vérifier si votre partenaire répond bien à vos attentes, ou non :

    1. Vision et ambition communes aux vôtres
    2. Personnalité compatible avec la vôtre
    3. Compétences adéquates 
    4. Une estime mutuelle
    5. Envie de travailler ensemble.

    Des réponses positives à ces différents critères doivent conforter votre choix pour établir une relation de confiance, indispensable à une association réussie !

    Le saviez-vous ?
    Trop de jeunes entreprises échouent parce que le « casting » n’était pas le bon ! Assurez-vous des compétences, de la disponibilité et de la motivation de chacun !

    Un, deux, trois … associés ? 

    Comme nous l’avons évoqué précédemment, entreprendre avec un associé permet de répondre à des besoins divers. Par exemple, si vous êtes commercial, vous pouvez choisir de vous associer à un financier, à un gestionnaire et à un technicien.

    Pensez également à mesurer l’implication de vos associés à leur volonté eux-aussi de se former, d’actualiser ou de perfectionner leurs connaissances et expertises. Cela est très utile lorsque l’on entreprend de démarcher les banques.

    FORMATION : PREVISIONNEL ET MODELISATION FINANCIERE

    Cette formation a pour objectifs de vous permettre de réaliser le prévisionnel financier de votre projet, identifier les principales sources de revenus de votre activité, construire les hypothèses de chiffre d’affaires et savoir défendre votre projet en utilisant des arguments financiers.

    Comment répartir le capital entre les associés ? 

    Une fois que vous avez trouvé le ou les profils parfaits auxquels vous associer, la question de la répartition du capital entre actionnaires se pose. Vous devez tout mettre en place pour éviter le blocage des décisions, car cela serait néfaste pour votre entreprise. Évitez donc l’association égalitaire (à 50/50).

    Voici des exemples de répartition de capital les plus judicieuses et dans votre intérêt si vous avez :

    • 1 associé : 51% pour vous (cela permet de garder un pouvoir de décision unilatérale)
    • 2 associés : 40% pour vous (cela vous assure de récupérer plus de bénéfices distribuables)
    • 3 associés : 33% pour vous et 18% pour votre fidèle bras droit (afin de conserver le contrôle).

    Après avoir répondu à la question « S’associer pour quels objectifs ? », il faut choisir et trouver un ou des partenaires, puis mettre en place des règles de fonctionnement à travers un pacte d’associés ou d’actionnaires. Si cette démarche vous parait fastidieuse et trop complexe, alors lancez-vous sans l’aide de personne. 

    Dans quelle mesure est-il intéressant d’entreprendre seul ? 

    L’indépendance et la liberté

    Le porteur de projet qui souhaite créer son entreprise a, la plupart du temps, un profond besoin d’indépendance et de liberté. Le fait de pouvoir être son « propre patron » et de ne pas dépendre d’associés potentiels répond effectivement à ce désir et vous permet de ne pas avoir à consulter de tiers pour prendre vos décisions afin de :

    • Distribuer votre produit dans une nouvelle enseigne ?
    • Augmenter vos prix ?
    • Elargir votre gamme ? …

    Notez cependant, qu’entreprendre seul ne dépend que de vous et requiert certaines qualités et compétences qui impliquent le fait de :

    • Savoir gérer son stress face aux imprévus
    • Pouvoir assumer une importante charge de travail
    • Garder une motivation à toute épreuve
    • Être visionnaire et intuitif

    Un coût moindre dans la création de votre entreprise

    Il peut être compliqué de déterminer le coût exact d’une création d’entreprise, mais vous pouvez avoir une première idée de ce montant après avoir déterminer le statut juridique de votre entreprise

    En étant seul, vous pouvez sans prendre trop de risques, vous lancer dans une entreprise individuelle (EI) en tant que micro-entrepreneur (ou auto-entrepreneur), ce qui réduit les charges et le coût de création, notamment au niveau des formalités administratives et du capital social. Ce statut a toutefois un inconvénient : votre chiffre d’affaires en micro-entreprise est plafonné (consultez notre tableau comparatif des statuts juridiques).

    S’associer nécessite obligatoirement la création d’une SARL, d’une SAS, voire d’une SA. Pour créer ces formes d’entreprises à plusieurs personnes, vous devez rédiger des statuts, les déposer au greffe du tribunal, ce qui implique des coûts supplémentaires, assez conséquents. 

    Enfin, si vous êtes seul, vous décidez en toute indépendance d’affecter vos bénéfices afin d’améliorer votre revenu personnel, ou d’enrichir l’entreprise, d’investir, pour lui permettre de connaître une croissance plus forte. 

    Pour maximiser vos chances de réussite dans votre création d’entreprise, il est également préférable de maîtriser tous les aspects de l’entrepreneuriat, du juridique au financier, en passant par la communication et le marketing. Vous ne devez rien laisser au hasard ! 

    Si vous constatez que vous avez quelques lacunes, sachez que notre formation 5 jours pour créer votre entreprise vous permet d’acquérir toutes ces compétences. 

    Alors faut-il entreprendre seul ou tenter cette aventure à plusieurs ?

    Pour conclure, la quasi-totalité des start-ups qui ont besoins d’aller collecter des fonds sont créées par des associés (au moins 2 principaux et une équipe plus ou moins déjà déterminée). Cela favorise très souvent leur croissance rapide et présente de nombreux avantages… mais si une mésentente entre les fondateurs apparaît dans les premiers mois, c’est l’échec assuré pour le projet. Prenez bien soin d’avancer dans le même sens que vos associés.

    Tout seul, on va plus vite, ensemble, on va plus loin !

    Proverbe Africain

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

    Les articles de la même catégorie

    Juridique

    Le micro-entrepreneur (ex auto-entrepreneur)

    24/08/2022 • Temps de lecture : 8 mn

    Le micro-entrepreneur est le nouveau nom de l’auto-entrepreneur. Juridiquement, c’est une entreprise individuelle avec un régime social et fiscal simplifié et spécifique.

    Rédaction par Sabine de CréActifs
    Déclaration de TVA
    Juridique

    Déclarer son activité de gîte ou chambre d’hôtes en 3 min

    22/07/2022 • Temps de lecture : 4 mn

    L’ouverture d’une activité de gîte ou chambre d’hôtes nécessite de répondre à plusieurs conditions. Notre outil gratuit de diagnostic de préouverture d’un hébergement touristique peut vous aider à cocher toutes les cases. En attendant, voici les étapes clés à franchir avant d’ouvrir votre hébergement touristique. Respecter les conditions légales d’implantations Un gîte ou une chambre […]

    Rédaction par Enzo de CréActifs
    Juridique

    Devenir micro-entrepreneur en 6 étapes

    7/07/2022 • Temps de lecture : 7 mn

    Si vous préférez, vous pouvez aussi écouter en 3 minutes les explications de Vanessa CONFIAC, Formatrice et Consultante chez CréActifs, sur les 6 bonnes raisons de choisir le statut de la micro-entreprise pour monter son business. 1. Comprendre le régime micro-entrepreneur Le régime micro-entrepreneur (anciennement statut auto-entrepreneur) a été créé le 1er janvier 2009. Il permet d’entreprendre […]

    Rédaction par Sabine de CréActifs