Mon Espace Formation
01 48 74 63 90
COVID-19

COVID-19

Toutes nos formations peuvent être réalisées en présentiel à Paris ou en classe virtuelle partout en France !

Découvrez toutes nos formations pour les créateurs et les chefs d’entreprise.

Ma sélection

Quel est le coût de création d’une entreprise ?

Créateurs d'entreprise
29/06/2020 • Temps lecture : 7 mn • rédaction par Pierre de CréActifs
Partager l'article
Sommaire de l'article

    Vous avez enfin trouvé votre idée de création d’entreprise et souhaitez vous lancer incessamment sous peu ? Anticipez dès à présent les coûts que vous aurez à débourser, afin de ne pas avoir de mauvaises surprises !

     

    5 points pour savoir combien coûte une création d’entreprise.

    Savoir combien ça coûte vous permettra d’établir un prévisionnel et de prévoir le budget de financement au plus proche de la réalité. Choisissez le statut de votre future entreprise, commencez par payer votre immatriculation au Registre du Commerce et des Sociétés (RCS) auprès du greffe du Tribunal de commerce compétent. Mais pensez bien à tout (il faudra peut-être déposer votre marque, régler les impôts et taxes obligatoires, mettre en ligne un site internet, payer un spécialiste pour rédiger des documents…).

    Voici cinq points conseils de nos experts auxquels vous référer pour créer votre entreprise, afin de vous aider à déterminer le prix réel de cette opération.

     

    1. Les formalités administratives, coût inhérent à la création d’entreprise 

    Lorsque vous créez votre entreprise, la première étape à réaliser est l’immatriculation de l’entreprise auprès du CFE (le Centre de Formalités des Entreprises). Selon le choix de statut juridique et l’activité de l’entreprise, (S.A., S.A.S., S.A.R.L., S.A.S.U., E.U.R.L., S.N.C., micro-entreprise, entreprise individuelle…) le coût des démarches administratives peut varier : 

     

    Quel statut juridique ? Quel statut juridique ? Combien ça coûte ?
    Micro-entreprise : commerçant S’immatriculer au Registre du commerce et des sociétés (RCS). 0 €. Cette immatriculation est gratuite pour les personnes relevant du régime micro-social
    Micro-entreprise : artisan
    • S’immatriculer au Répertoire des métiers (RM). Pour une entreprise individuelle ayant une activité artisanale, l’immatriculation se fait auprès de la Chambre des métiers
    • Facultatif : faire un Stage de Préparation à l’Installation (SPI)
    • 0 € pour le RM des personnes relevant du régime micro-social
    • Facultatif : 260 € pour le SPI
    Micro-entreprise : profession libérale S’immatriculer à l’URSSAF 0 €
    EI : commerçant S’immatriculer au RCS 25,34 €
    EI : artisan S’immatriculer au RM 130 € pour le RM
    SARL – EURL – SNC – Sociétés civiles – SA – SAS : activité commerciale S’immatriculer au RCS 39,42 €
    SARL – EURL – SNC – Sociétés civiles – SA – SAS : activité artisanale S’immatriculer au RM Environ 130 € (selon les départements)
    SARL – EURL – SNC – Sociétés civiles Frais de publication (journal d’annonces légales) Environ 200 € (selon les départements)
    SA – SAS Frais de publication (journal d’annonces légales) Environ 230 € (selon les départements)

     

    À cela, s’ajoutent les frais de rédaction de statuts (documents qui permettent de fixer les règles d’organisation de l’entreprise). 

    Vous pouvez tout à fait les faire seul(e). Sachez que cela vous coûtera une centaine d’euros. 

    Toutefois, effectuer cette tâche demande des compétences très techniques. Il est conseillé de déléguer la rédaction des statuts à un avocat ou à un expert-comptable. Pour la rédaction des statuts simples (sans pacte d’associé), vous paierez entre 300 € et 500 €.

    Cas particuliers

    Il faut ensuite compter d’autres frais, en fonction de l’activité dans laquelle vous souhaitez entreprendre. Par exemple, si vous souhaitez créer une entreprise dans le domaine de l’architecture, il vous faudra payer les coûts d’inscription à l’ordre des architectes. Si vous rachetez un fonds de commerce, vous avez des droits d’enregistrement à verser auprès des services des impôts.

    Soyez donc vigilant(e). Vous devez anticiper ces frais pour pérenniser votre projet. La santé financière de votre future entreprise est en jeu.

     

    2. Quel est le montant minimal à apporter au capital social de votre entreprise ?

    Création d’une société :

    Pour une SARL, une EURL, une SAS ou une SASU, vous pouvez apporter un euro symbolique au capital social de votre entreprise. Si toutefois vous êtes plusieurs associés dans le cadre de l’EURL et de la SARL, votre capital social sera en théorie plus élevé que cette somme minimale. Si vous êtes à la tête d’une SA, vous et votre/vos associé(s) devrez apporter au minimum 37 000 € au capital social de l’entreprise. 

    Notez bien que le montant du capital social correspond aux premières dépenses de l’entreprise. Si ce montant est trop bas, vous pouvez rapidement vous retrouver à découvert. Il est donc important d’investir un minimum d’argent dans votre capital social.

    Création d’une entreprise individuelle :

    Si vous êtes à la tête d’un EI ou si vous êtes micro-entrepreneur, vous n’avez pas de capital social à apporter car vous ne dirigez pas une société. Nous parlerons donc dans ces cas de figure de patrimoine et non de capital social. 

    Enfin, pour une SNC (société en nom collectif), le capital social minimum est totalement libre.

    Apports en nature

    Un créateur d’entreprise peut envisager un apport en nature pour créer sa société. Pour créer une SA, une SAS, une SASU, une SARL ou une EURL, lorsque le montant de l’apport en nature est supérieur à la moitié du capital social ou s’il est d’une valeur de plus de 30 000 €, il est alors obligatoire de faire intervenir un commissaire aux apports.

    Cette prestation a un coût, qui dépend de la nature de l’apport et du temps que le commissaire devra passer pour réaliser son rapport. Il peut aller de quelques centaines d’euros dans le cas d’un apport modeste, à plusieurs milliers d’euros si le travail à effectuer est plus important.

     

    3. Les paiements réguliers : des coûts à anticiper !

    En tant que dirigeant d’entreprise, vous aurez des paiements mensuels et/ou annuels à régler. Tout d’abord, vous allez devoir ouvrir un compte bancaire pour une entreprise, que vous dirigiez une SAS, une SARL, une SAS, etc., ou que vous soyez micro-entrepreneur. Par le biais d’une banque en ligne, le coût à anticiper est de 0 à 10 € par mois, alors que par le biais d’une banque traditionnelle, le coût est un peu plus élevé : de 20 à 40 € par mois. 

    Vous devez également souscrire à une assurance de responsabilité civile professionnelle lors de la création de votre entreprise. Le coût de l’assurance varie énormément en fonction de l’activité et du statut de votre entreprise. Veillez à bien vous renseigner avant, sur les prix qui se pratiquent dans votre secteur d’activité.

     

    4. La protection de votre marque : un coût facultatif, mais souvent nécessaire

    Cette étape n’est pas obligatoire : vous pouvez tout à fait créer une marque sans l’avoir déposée. Par exemple, de nombreux restaurants ne déposent pas le nom de leur entreprise et cela n’est pas pour autant rédhibitoire. 

    Toutefois, le dépôt valorise ainsi votre nom, notamment dans les domaines de la cosmétique, de la mode, de l’alimentation, par exemple.

    Mais surtout, il vous donne le monopole sur l’utilisation du nom de votre entreprise, pour un coût relativement faible : comptez 250 €, montant que vous n’aurez à payer qu’une fois en 10 ans. Une fois les 10 années écoulées, vous pouvez choisir de renouveler la protection de votre marque ou non.

    Être propriétaire de sa marque offre une tranquillité d’esprit certaine. Certains contentieux sont monnaie courant, avec les concurrents qui pourraient prendre impunément le même nom que vous dans votre secteur d’activité, ou ceux qui peuvent revendiquer la propriété de votre nom.

     

    5. Les frais supplémentaires à ne pas oublier lors de la création d’entreprise

    Marketing et communication, présence en ligne, frais de déplacement…

    Lorsque vous créez votre entreprise, vous devez prendre en compte les frais de communication autour de votre produit ou de vos services, le coût de la création d’un site Internet, l’achat du nom de domaine et l’hébergement du site, qui dépend totalement de votre cahier des charges et de la complexité de vos demandes.

    Si vous souhaitez, par exemple, mettre en place du paiement en ligne sécurisé sur votre site Internet, cela coûtera plus cher que si vous n’en aviez pas !

    Évaluez aussi les frais de déplacements pour rencontrer les différentes parties prenantes (collaborateurs, investisseurs, partenaires…). Également, vous pouvez anticiper le prix de la réalisation d’une étude de marché et d’un Business Plan, si vous choisissez de suivre les formations CréActifs vous expliquant toutes les étapes à suivre pour optimiser la création de ces outils. 

    N’ayez crainte : ces fonds ne doivent pas nécessairement venir de votre poche. Vous pouvez, par exemple, organiser une levée de fonds !

     

    L’information utile pour prendre les bonnes décisions

    En définitive, créer une entreprise va avoir un coût plus ou moins élevé selon le statut juridique que vous choisissez et le secteur d’activité dans lequel vous souhaitez exercer. 

    Toutefois, pensez bien à estimer les dépenses auxquelles vous aurez à faire face, lors de la création de votre structure, car des coûts cachés peuvent s’ajouter.

    La bonne gestion de votre entreprise commence dès sa création.

    Anticiper les frais, prévoir les coûts, c’est avant tout donner une meilleure chance de succès à votre création d’entreprise. Certains postes de dépenses sont obligatoires, d’autres sont facultatifs, mais peuvent se révéler utiles. En toute connaissance de cause, vous ferez les bons arbitrages qui vont conduire votre nouvelle entreprise au succès.

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    Les articles de la même catégorie

    Créateurs d'entreprise

    Ouvrir un gîte ou une chambre d’hôte : les 5 questions à se poser

    8/06/2021 • Temps de lecture : 6 mn

    Des réglementations très précises s’appliquent à la création d’hébergements touristiques. Découvrez quelles sont les bonnes questions à vous poser !

    Rédaction par Anna de CréActifs
    Créateurs d'entreprise

    Tout le monde peut-il vraiment devenir Entrepreneur ?

    29/04/2021 • Temps de lecture : 3 mn

    Ils sont visionnaires, riches, ils ont des supers pouvoirs, ils n’ont vraiment rien d’humain… C’est normal puisqu’ils n’existent pas ! C’est un mythe que les médias aiment entretenir mais les entrepreneurs n’ont rien d’exceptionnel !

    Rédaction par Matthieu Douchy
    Créateurs d'entreprise

    Entreprendre dans les DROM-COM : Quelles sont les aides pour les auto-entrepreneurs en Outre-mer ?

    29/04/2021 • Temps de lecture : 3 mn

    Pour soutenir l’économie et encourager l’entrepreneuriat dans les DROM-COM, des dispositifs d’aide ont été mis en place. En effet, la création ou la reprise d’entreprise est facilitée dans certains territoires d’Outre-mer grâce à des avantages sociaux et fiscaux.

    Rédaction par Anna de CréActifs