Catégorie Le lancement de sa société

Nombreuses sont les idées reçues sur l’entrepreneuriat qui participent à freiner le porteur de projet souhaitant se lancer. Pourtant, il n’y a pas de profil type pour créer un business. Un entrepreneur ne doit pas forcément être visionnaire. Un entrepreneur n’a pas à être surdiplômé. Un entrepreneur a le droit de ne pas aimer le risque… car effectivement, il est possible d’entreprendre tout en le maitrisant au maximum ! Zoom sur les deux méthodes les plus efficaces pour limiter les risques d’un projet de création d’entreprise selon CréActifs.

 

L’effectuation : comment apprendre à repenser la stratégie de lancement d’une entreprise ?

L’effectuation (principes banalisés par l’excellent chercheur Philippe Silberzahn) se définit par une méthode de conduite d’un projet qui consiste notamment à déterminer les buts à atteindre en fonction des moyens dont le porteur de projet dispose. Autrement dit, la première étape à réaliser lors du démarrage d’une entreprise est de déterminer tous les moyens qu’il est possible de solliciter (son réseau, sa personnalité, son savoir, son matériel) afin d’éviter de prendre des décisions basées sur des prévisions. Cela permet effectivement de déterminer les buts les plus réalistes tout en limitant les risques.

 

L’effectuation s’appuie sur cinq principes majeurs :

 

Premier principe : « Un tiens vaut mieux que deux tu l’auras »

Comme nous l’avons déjà évoqué, les buts sont à déterminer en fonction des ressources à disposition du futur entrepreneur. En suivant une méthode de pensée classique, celui-ci a tendance, au contraire, à déterminer ses buts en premier lieu et ne voit pas donc les moyens qu’il possède déjà. C’est seulement dans un second temps qu’il cherche les ressources dont il a besoin pour atteindre ses buts. Ainsi, les moyens sollicités représenteront un risque supplémentaire à gérer pour l’entrepreneur.

La difficulté dans la mise en œuvre de ce principe est de garder en tête votre cap pour ne pas sauter sur toutes les opportunités que vous croiserez sans une cohérence d’ensemble.

 

Second principe : « Raisonner en perte acceptable »

A l’inverse du raisonnement habituel de l’entrepreneur qui est de déterminer les gains possibles lors du lancement de son entreprise, l’effectuation consiste à ce que les pertes soient considérées avant tout. En effet, l’entrepreneur doit se poser la question suivante : « Qu’est-ce que je suis prêt à perdre ? » Une fois qu’il aura répondu à cela, il sera capable d’agir en conséquence. Ainsi, si par exemple, j’ai 2 années de droits au chômage, je peux tout à fait me dire que je vais consacrer 18 mois à mon projet. Si au bout de 18 mois je n’ai pas atteint un certain seuil d’activité, je garde mes 6 derniers mois pour retrouver un emploi salarié. De cette manière, mon risque est relativement faible.

 

Troisième principe : « Le patchwork fou »

L’effectuation part du principe que la création entrepreneuriale s’appuie sur un assemblage de différentes parties différentes et complémentaires qui atteignent ensemble un résultat non connu à l’avance. Ce résultat se dessinera au fur et à mesure de l’assemblage en tirant profit des ressources disponibles au moment présent.

Tout projet entrepreneurial est un projet Humain au-delà de la relation dirigeant / salarié mais également avec les fournisseurs, sous-traitants… Il est primordial de s’allier aux bons acteurs pour une réussite. Plus les parties prenantes sont qualitatives et nombreuses, plus les chances de réussite du projet seront importantes. Co-construire une entreprise avec différents acteurs permet donc d’assurer le bon développement de l’entreprise et de réduire les incertitudes. Toute la difficulté étant de savoir bien s’entourer…

 

Quatrième principe : « La limonade »

Comment tirer parti au mieux des citrons ? En vendant de la limonade. Il en est de même dans le milieu de l’entrepreneuriat. Les surprises, qu’elles soient bonnes ou mauvaises, doivent servir. En effet, il s’agit de ne pas les éviter, mais plutôt d’en tirer parti : elles sont des pistes sur lesquelles l’entrepreneur doit s’engager afin de s’épanouir dans de nouveaux marchés.

C’est un principe particulièrement intéressant à appliquer en 2020 suite au COVID-19.

 

Cinquième principe : « Le pilote dans l’avion »

Ce dernier principe s’oppose à la logique de prédire l’avenir pour le contrôler. Au contraire, l’entrepreneur doit chercher à contrôler le contexte en faisant évoluer son marché. L’entrepreneur doit donc être celui qui contrôle et façonne l’avenir afin d’avoir un maximum d’impact sur celui-ci. Contrairement à ce que l’on pourrait penser, la grande majorité des marchés ne sont pas complètement matures, il y a donc toujours de la place pour les faire évoluer.

 

L’effectuation est donc une méthode qui prône le fait de miser peu mais très efficacement afin que les pertes restent acceptables pour l’entrepreneur s’il ne parvient pas à développer son entreprise. Il se rapproche sur certains aspects d’une autre méthode pour limiter les risques : le Lean Startup.

 

 

Le Lean Startup : la stratégie itérative pour créer un produit en collaboration avec son marché

Le Lean Startup, expliqué par l’entrepreneur Eric Ries dans son livre The Lean Startup, est une méthode de conduite de projet dont le but est de valider un produit ou service le plus efficacement possible. Cela consiste à ce que l’entrepreneur lance une première version non-aboutie de son produit ou service pour tester son marché le plus rapidement possible. Pour déterminer le besoin du client, le mieux est de lui demander directement en lui faisant toucher du doigt votre solution, et non en lui racontant que vous pourriez hypothétiquement lancer un jour telle ou telle activité. Henri Ford a dit « Si j’avais demandé aux gens ce qu’ils voulaient, ils m’auraient répondu des chevaux plus rapides ! »

Une fois que le retour client a été fait, le produit ou service peut être ajusté au mieux en mettant en place une boucle d’itération. Ce phénomène d’ajustement permet de limiter les pertes, et donc les risques.

 

Dans la méthodologie du Lean Startup, les trois principes à respecter sont les suivants :

 

Construire : La création d’un prototype (le Minimum Viable Product ou MVP)

Le Lean Startup cherche à développer une offre le plus rapidement possible : pour cela, il s’agit de commencer par présenter au public un prototype du produit afin que celui-ci puisse recueillir les premiers retours clients. Cela permet effectivement de limiter le gaspillage et de ne pas engager trop de ressources avant de le confronter réellement au marché.

Toute la difficulté dans ce principe est de trouver le juste milieu dans les fonctions essentielles de votre prototype. À partir de quel niveau de détail mon produit / service a-t-il du sens ? 

 

Mesurer : Le développement du produit par le retour clientèle

Une fois que le prototype a été confronté au marché, il est essentiel de contacter la clientèle ayant testé le produit afin de connaître son avis. Plusieurs questions sont à poser :

  • Qui est le client ?
  • Qu’est-ce qui a plu au client ? Qu’est-ce qui ne lui a pas plu ?
  • Le client a-t-il compris la raison d’être du produit ?
  • Ce produit peut-il être préféré par rapport à un autre ? Pourquoi ?

Le retour clientèle permet donc ensuite à l’entrepreneur de perfectionner son offre afin de proposer une seconde version du produit.

 

Apprendre : Les données récupérées et la modification du produit

Le produit doit être modifié en fonction des retours clients. La stratégie itérative se dessine à ce moment-là : le produit doit être testé à nouveau par le marché, puis revu si cela est nécessaire. Ce cycle doit être poursuivi jusqu’à ce que le produit final soit trouvé. Tout l’intérêt ici est de faire évoluer votre produit / service en fonction du client, et non de votre intuition, qui malheureusement ne rencontre pas toujours une demande…

 

Ainsi, le Lean Startup réduit considérablement les risques pris par l’entrepreneur puisqu’il co-construit son produit ou service avec son client. En privilégiant les retours des clients et en se détachant des prévisions et de son intuition, l’entrepreneur maximise ses chances de trouver un marché !

 

 

 

Pour en savoir plus sur ces deux méthodes, n’hésitez pas à vous inscrire à notre formation « Etude de Marché » !

Vous souhaitez entreprendre sans prendre de risques mais n’avez pas encore de projet d’entreprise ? Participez à notre formation « Trouver son idée ».

 

Commentaires

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

[COVID-19]

Toutes nos formations sont également dispensées en classe virtuelle !

Profitez-en pour vous former !

 

EN SAVOIR PLUS