Mon Espace Formation
01 48 74 63 90
Event : Journée de la Création d'Entreprise
0
Rendez-vous avec un conseiller

Participez à des conférences & ateliers ! Échangez avec entrepreneurs aguerris. ✨

Tout savoir pour créer la boîte de vos rêves ! 🚀

👉 Au programme ?

  • 13 conférences animées par des entrepreneurs à succès
  • 1 table ronde animée par le fondateur de Colombus Café, Philippe Bloch
  • Des rendez-vous individuels avec nos conseillers entrepreneuriat

Places limitées ! Inscrivez-vous dès maintenant (c’est gratuit !) 

🔗 Je m’inscris

Ma sélection

Société par Action Simplifiée (SAS) : définition et caractéristiques

Juridique
28/03/2023 • Temps lecture : 6 mn • rédaction par Pierre de CréActifs
SOMMAIRE
    VOUS ALLEZ APPRENDRE
    • Définition de la SAS
    • Caractéristiques principales : statut juridique, siège social, associés, Président, régime de protection social, fiscalité, comptabilité, responsabilité, cotisations, commissaire aux comptes…

    La Société par Action Simplifiée est une forme juridique facile à gérer. Vous pouvez créer votre entreprise, être associé au capital social et en devenir le Président tout en ayant un ou plusieurs associés appelés actionnaires. En devenant Président de votre SAS, vous pouvez exercer une activité commerciale, artisanale ou libérale. Il existe cependant quelques règles à connaître avant de choisir ce statut juridique.

    Définition de la SAS

    La SAS est une forme juridique permettant l’exercice d’une activité professionnelle qui peut être commerciale, artisanale ou libérale. Elle est considérée comme une personne morale, c’est-à-dire qu’elle a une personnalité juridique. Au sens commun du terme, c’est une entreprise que vous allez diriger !

    Son principal atout est la souplesse dans son fonctionnement. Lors de la rédaction des statuts, les associés peuvent fixer les règles de gestion et d’organisation de la société à partir du moment où ils respectent les dispositions légales.

    Caractéristiques de la SAS

    Les associés

    La SAS est constituée d’au moins deux associés. Il n’y a pas de maximum. S’il y a un seul associé, c’est une SASU (Société par action simplifiée unipersonnelle). Les associés sont aussi appelés des actionnaires car ils possèdent des actions de la société. Les associés peuvent être soit une autre société soit une personne physique.

    En principe, la responsabilité des associés, s’ils ne sont pas dirigeants, est limitée à hauteur du montant du capital qu’ils détiennent dans la société. Les associés, du fait de la souplesse de rédaction des statuts, peuvent déterminer la façon dont un associé peut sortir de la société ou la façon dont un nouvel associé peut y entrer. C’est ce qu’on appelle le mode de transmission des actions.

    De la même manière, les statuts peuvent prévoir des possibilités d’exclusion d’un associé. Les décisions collectives des associés sont prises en assemblée. Les conditions et modalités d’adoption de ces décisions sont fixées dans les statuts. Il est obligatoire de se réunir au moins une fois par an pour approuver les comptes annuels (le bilan et le compte de résultat).

    Capital social

    La SAS doit avoir un capital au démarrage. Il n’y a pas de capital minimum, il est librement fixé par les associés en fonction de la taille du projet. Une fois le montant du capital fixé, il est divisé en un nombre d’actions de x euros chacune, et attribuées aux associés en proportion de leurs apports respectifs. Le capital peut être déposé soit dans une banque, soit (rarement le cas) à la caisse des dépôts et consignations.

    Il faut noter :

    • Lors de la constitution de la société, on peut déposer à la banque au minimum 50% de la totalité des apports en capital, c’est-à-dire qu’on a libéré 50% du capital. La libération du surplus, soit les 50% restants, sera versée sur le compte bancaire de la société sur appel de fonds du dirigeant au plus tard dans les cinq ans après l’immatriculation.
    • Le capital peut être composé d’apport en numéraire (de l’argent) et / ou en nature (du matériel par exemple). On ne peut pas étaler sur 5 ans la libération d’un apport en nature.
    • Si l’apport en nature est supérieur à la moitié du capital social ou si chaque apport en nature dépasse 30.000€ il faudra faire appel à un commissaire aux apports.

    Le ou les dirigeants

    Le dirigeant de la SAS est nommé Président. Il ne peut y avoir qu’un seul président qui peut être associé ou pas. Il peut être une personne physique ou une personne morale (c’est-à-dire une autre société). 

    • Lors de la constitution de la société, le premier président est désigné obligatoirement dans les statuts.
    • Le président représente la société. Il agit donc au nom de la société et pour le compte de la société. Il représente la société vis-à-vis de l’extérieur.
    • Il a en principe tout pouvoir, toutefois ses pouvoirs peuvent être limités par certaines clauses des statuts.
    • Le président est responsable civilement et pénalement.
    • Il est responsable des fautes de gestion qu’il peut commettre (ex : être négligeant dans la gestion, ne pas respecter les clauses des statuts)

    Afin de respecter la loi et éviter les ennuis, prenez le temps de vous former pour acquérir les bases du métier de Président de SAS.

    CONDUIRE UN PROJET DE CRÉATION D’ENTREPRISE

    L’objectif de cette formation est de valider les grandes étapes de la création d’entreprise du candidat : structurer son projet, préciser son offre, choisir son statut juridique, rédiger son Business Plan et réaliser les démarches d’immatriculation.

    Régime social du dirigeant

    Quel que soit le nombre d’actions qu’il détient, le Président sera assimilé salarié, c’est-à-dire qu’il cotise comme un salarié au régime général de la Sécurité Sociale. Il ne cotise cependant pas obligatoirement à l’assurance chômage. Quel que soit sa rémunération, il cotise obligatoirement à une caisse de retraite cadre.

    Fiscalité du dirigeant

    Le président doit déclarer sa rémunération dans la case traitements et salaires de sa déclaration d’impôts sur le revenu.

    Fiscalité de la SAS

    La SAS est une personne morale et comme « toute personne » si elle fait des gains (c’est-à-dire du bénéfice), elle devra payer un impôt. Le bénéfice de la SAS est en principe soumis à l’IS (impôt société). Le bénéfice, qui reste après paiement de l’IS, peut être distribué tout ou en partie aux associés. Le montant perçu par chaque associé est un dividende. Ce dividende est imposable, il sera déclaré par chaque associé dans sa déclaration d’impôt dans la catégorie « revenus de capitaux mobiliers ».

    Le mieux est de vous reposer sur votre expert-comptable ou de vous former pour apprendre les bases de la comptabilité d’entreprise, afin de connaître toutes vos obligations comptables.

    COMMENT GÉRER SA COMPTABILITÉ D’ENTREPRISE ?

    Cette formation pour non-comptables doit vous permettre de comprendre et assimiler les principaux mécanismes et logiques de la comptabilité d’une entreprise pour en assurer la gestion. Le recouvrement de créances fait partie des thématiques abordées.

    Commissaire aux comptes

    Il n’est pas obligatoire d’avoir un commissaire aux comptes, sauf à dépasser 2 des 3 seuils imposés par la loi (nombre de salariés, du chiffre d’affaires ou du total du bilan.). Les associés s’ils le désirent peuvent décider d’en nommer un.

    Siège social

    C’est l’adresse de la SAS qui peut être fixée : soit dans un local commercial (bail commercial), soit au domicile du président, soit dans une société de domiciliation commerciale.

    Dénomination sociale

    C’est le nom de la SAS que vous devez trouver. Une fois ce nom trouvé, il faut vérifier auprès de l’INPI qu’il n’est pas déjà utilisé par une autre société et il faut le déposer. Toutes les informations nécessaires à cette démarche sont sur le site de l’INPI.

    Objet social

    C’est l’ensemble des activités que la société exerce. Elles peuvent être commerciales, artisanales ou libérales. Pour certaines activités réglementée (exemples : architecte, coiffure, travaux de bâtiment…), une qualification professionnelle sera demandée.  

    Lors de l’immatriculation, les informations concernant la SAS sont transmises à l’Insee qui délivrera le n° de Siret de la société aux organismes sociaux et aux impôts qui eux délivreront le n° de TVA intracommunautaire. Le SIRET est « la carte d’identité » de la SAS sur lequel figure le numéro de RCS (Registre du Commerce et des Sociétés).

    Conclusions sur la SAS

    Tous les statuts ont des avantages et inconvénients. Le meilleur statut sera celui qui s’adaptera le mieux à votre projet de création.

    Les critères à prendre en compte pour choisir son statut sont notamment la taille du projet, la présence d’associés, de salariés, la façon dont l’entrepreneur envisage de la diriger…

    La liberté dans la rédaction des statuts de la SAS permet de fixer les règles de gestion et d’organisation tout en respectant les dispositions légales. Cela facilite les levées de fonds. Les statuts peuvent prévoir une clause qui protège le dirigeant et /ou les associés fondateurs afin qu’ils ne perdent pas le pouvoir.

    Attention, la rédaction des statuts de la SAS étant flexible, elle nécessite de la rigueur et de faire appel à un professionnel.

    Pour tout savoir sur notre offre de formations à la création d’entreprise, c’est ici !

    2 Commentaire(s)

    1. 13/06/2024
      MICHEAU PIERRE EMERIC

      Rapide et explicite, merci

      1. 13/06/2024
        Inès Coppin

        Bonjour, merci pour votre commentaire !

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    Les articles de la même catégorie

    Quel statut juridique choisir pour son entreprise ?
    Juridique

    Tableau comparatif des statuts juridiques pour une entreprise

    19/04/2024 • Temps de lecture : 10 mn

    Grâce à notre tableau comparatif, visualisez facilement les avantages et les inconvénients des différents statuts juridiques d’une entreprise

    Rédaction par Marine de CréActifs
    Femme formatrice sur fond bleu.
    Juridique

    Comment rendre une formation certifiante : pensez à CréActifs !

    8/03/2024 • Temps de lecture : 5 mn

    Comment certifier une formation ? Nos conseils pour rendre vos prestations éligibles au CPF. Découvrez aussi le partenariat avec CréActifs.

    Rédaction par Sabine de CréActifs
    Juridique
    Juridique

    Rentabiliser son gîte : bien choisir son statut juridique

    15/02/2024 • Temps de lecture : 6 mn

    Comment garantir la rentabilité de votre investissement lors de la création de votre gîte ou de votre chambre d’hôtes ? Voici les réponses de nos experts.

    Rédaction par Louis Chausse

    Les outils de la même catégorie

    Quel statut juridique choisir pour son entreprise ?

    Aide au choix d’un Statut Juridique

    16/11/2021 • Temps de lecture : 1 mn

    Quel statut juridique choisir pour son entreprise ? Bravo, vous êtes dans la dernière ligne droite du parcours du créateur d’entreprise. Vous vous demandez comment bien choisir la forme juridique de votre entreprise ? C’est comme le choix d’un régime matrimonial : vos droits et obligations pendant le mariage et le coût d’un divorce ne […]

    Rédaction par CréActifs